Le voyage architectural de Terminale

Le voyage architectural de Terminale

Londres 2015-2016

Du 2 au 5 novembre 2015, la classe de Terminale (12ème classe) de Perceval a effectué son voyage architectural à Londres. Quatre journées intenses humainement, culturellement, et physiquement.

Le voyage architectural est la suite et la conjonction de deux grandes impulsions qui ont accompagné les élèves depuis le début de leur scolarité : l’impulsion artistique (théâtre, arts plastiques, eurythmie,…), et l’impulsion sociale (stage social, voyage linguistique, ateliers, fêtes,…).

Il s’agit de découvrir en groupe l’univers culturel d’une grande ville étrangère, à travers sa géographie, son climat, son histoire, sa civilisation, son art, son évolution,… Percevoir, développer, et identifier la place de l’individu dans la société et dans le monde est au cœur de cette expérience. D’où une longue préparation, un voyage intense, et un carnet de voyage à constituer, pour conserver la trace de ce qui s’est passé durant ces quelques jours.

Pour se préparer intérieurement, chaque élève a eu un sujet de recherche personnel sur un thème d’architecture ou d’urbanisme londonien, ainsi qu’une synthèse à réaliser sur un texte consacré à une personnalité historique ayant marqué la ville, depuis l’Empire Romain jusqu’aux Rolling Stones.

Ce travail, a été partagé durant le voyage d’aller pour rassembler les individualités, échanger les connaissances, et glisser peu à peu vers l’entité du groupe et vers la disponibilité pour une autre culture.

Les élèves ont alors plongé dans la découverte de la ville, armés de leurs carnets de notes et de croquis. Les professeurs les ont guidés au fil des promenades entre quartiers anciens et nouveaux, monuments et buildings, musées et lieux expérimentaux, déjeuners en ville et sorties le soir, sans oublier une manifestation pour l’éducation et un quizz musical sur le chemin du retour !… le tout tissé d’expériences indépendantes en petits groupes, de travaux individuels, et de réunions collectives. Chaque jour, jalonné d’étapes culturelles précises, avec un programme personnalisé, laissait une grande part à une « improvisation » guidée géographiquement et culturellement, pour que chacun développe sa perception, son regard, devienne disponible pour la vision, la découverte, et l’expérience des lieux, des œuvres, des personnes,…

Chaque soir un bilan était dressé de la journée, mettant en perspective ce qui avait eu lieu, avec ce qui avait été préparé en amont, ce qui pourrait en résulter dans le carnet de voyage, et, plus généralement, ce qui pouvait en être retiré pour aider à construire une vie d’adulte.

Lors d’une promenade imprévue, le groupe s’est arrêté devant un petit mémorial rappelant la mobilisation de toutes les populations suite aux attentats de 2005 à Londres ; la sortie théâtrale a été War Horse, une pièce traitant de l’éclatement de la première guerre mondiale dans une ville paisible d’Angleterre, et les déchirements humains que cela implique ; le voyage s’est conclu le dernier soir en haut de The Shard, où les élèves ont pu dans une brise paisible à près de 300m de hauteur contempler les lumières de Londres à perte de vue comme les étoiles scintillantes d’un ciel qui se serait trouvé sous leurs pieds.

De retour à Perceval, ils ont eu pour tâche de coucher par écrit leurs observations, dessins, souvenirs dans leur carnet de voyage, et de faire des commentaires à leurs professeurs de Perceval. Certains d’entre eux ont remarqué que le voyage les avait fait « grandir », n’est-ce pas là le but de l’éducation ?