Les exercices d’évacuation incendie et de « mise à l’abri » dit PPMS

Des précisions sur les exercices d’évacuation incendie et de « mise à l’abri » (dit « PPMS »)

Petit rappel sur les exercices réguliers que les élèves et les professeurs doivent refaire plusieurs fois tout au long de l’année scolaire.

Toutes les écoles sont tenues de respecter des normes de sécurité en matière de bâtiments et d’installations. Elles doivent aussi réaliser régulièrement certains exercices qui permettent aux adultes comme aux élèves d’apprendre comment se comporter en cas de situation de danger. Ces situations pourraient survenir à l’école, mais aussi ailleurs : les élèves auront alors une première expérience, un repère, acquis dans un contexte favorable et encadré par leurs professeurs de façon pédagogique et bienveillante.

Chaque année l’école est ainsi tenue d’organiser deux exercices d’évacuation incendie. La démarche est la suivante : en cas d’incendie dans un bâtiment (risque à l’intérieur, donc), il faut évacuer les lieux et se réfugier à l’extérieur, chaque classe disposant d’un point de rassemblement. Un tel exercice a été organisé par exemple le 25 septembre 2023.

Un exercice complémentaire est l’exercice de mise à l’abri, ou « Plan Particulier de Mise en Sûreté » (PPMS) : en cas de risque à l’extérieur cette fois (alerte attentat ou intrusion, tempête, inondation, nuage toxique…), élèves et membres du personnel doivent se réfugier à l’abri, à l’intérieur, dans des salles bien déterminées. Toute une logistique gérée par l’école doit alors se déclencher. Cet exercice est à répéter deux fois par an et dure une petite vingtaine de minutes, le temps de déclencher l’alerte (sonnerie spécifique), de se regrouper dans les salles prévues, dans le calme et le plus possible sans bruit, de faire l’appel, d’expliquer le sens de l’exercice et d’attendre la sonnerie de fin.
Cet exercice permet à tous d’apprendre les bonnes réactions à avoir : reconnaitre le signal (et le distinguer de l’alarme pour l’incendie), savoir où se rassembler et quelle attitude adopter. Ainsi rassemblés en lieu sûr dans un espace protégé et identifié, les occupants de l’école seraient ainsi, en cas de besoin, à même d’attendre des secours dans les meilleures conditions possibles. 

Cet exercice PPMS a eu lieu lundi 4 décembre 2023 en fin de matinée, à la même date que tous les établissements de notre secteur. En effet, nos autorités locales souhaitent coordonner l’exercice pour tous au même moment.
La particularité un peu déconcertante de cette dernière expérience fut pour les élèves et professeurs de l’école, de devoir enchainer à l’improviste un exercice d’évacuation incendie et tout de suite après l’exercice de mise à l’abri (PPMS). En effet, l’alarme incendie ayant été déclenchée par mégarde sur l’un des déclencheurs manuels présents un peu partout dans les bâtiments par un élève quelques minutes avant le début planifié de l’exercice PPMS, l’exercice d’évacuation a dû se dérouler en complément :
• regroupement de toutes les classes présentes chacune au point de rassemblement extérieur prévu pour elle, en 2-3 minutes, attente de la fin de l’alarme qui dure 5 minutes.
• Puis nous avons déclenché comme prévu la sonnerie pour l’exercice PPMS (corne de brume) : cette fois, les classes se sont rendues chacune dans sa « salle de mise à l’abri », située dans « la barre ». Ainsi, de façon tout à fait improvisée, il nous a fallu bien distinguer les 2 sonneries et les 2 réactions opposées à avoir. Les incertitudes et brefs instants de confusion sont donc à prendre comme une expérience et une opportunité pour clarifier, pour chacun, les fondamentaux de chaque exercice. La prochaine fois devrait être d’autant plus claire.

PPMS : rappel des consignes pour les familles 

Les exercices réguliers concernent les enfants et les adultes qui les encadrent, mais le rôle des parents sera aussi concerné en cas de crise réelle. Pour les parents, en cas de survenue d’un événement de type « risque majeur » (intrusion ou attentat, tempête, nuage toxique…) et de déclenchement d’une alerte réelle, eux-mêmes devraient aussi se protéger et par là même faire confiance à l’école qui aura alors la charge des enfants pendant ce temps et appliquera un protocole stricte.

Il conviendra en particulier pour les parents : de ne pas aller chercher les enfants pour ne pas les exposer, de ne pas téléphoner pour ne pas encombrer le réseau, d’écouter la radio et de surveiller ses messages. C’est en effet l’école qui informera alors de la situation des élèves et des consignes à suivre. 

Si vous avez des questions au sujet des exercices de sécurité ou des consignes en cas de situation réelle, pour pouvez écrire au coordinateur technique de l’école.